Le paradoxe des syndicats français qui font perdre à nos entreprises des centaines de millions d’euro en pleine crise financière mondiale

Cela ne date pas d’hier… mais en ce moment le paradoxe est encore plus audible de part le puissant relais des différents médias…

Pas un seul jour ne passe sans qu’il n’y ait un préavis de grève lancé en France.

Alors que la crise financière n’en finit pas de bouleverser les marchés, et de gangrener l’économie réelle, certains syndicats s’octroient le luxe de provoquer des grèves pendant que centaines de milliers d’emplois sont sérieusement menacés ou purement supprimés.

Les revendications des syndicats sont certainement justifiées… mais

le temps n’est pas franchement le plus approprié pour faire grève !

Les syndicats français minoritaires sont-ils soucieux des pertes financières engendrées par leurs actions de grèves ?

Prenons le cas d’Air France… D’un côté les syndicats dénoncent des
promesses gouvernementales non tenues datant de 2007… et de l’autre
leur pdg, Jean-Cyril Spinetta,  les met en garde sur les conséquences
d’une grève de cette ampleur : une perte nette d’ environ 100 millions
d’euro. Une bagatelle ? Cette somme serait certainement mieux dans les
poches des salariés d’Air France… Bref. Loin de moi l’idée de contester
les motifs des grévistes… mais d’un point de vue stratégique, on ne
comprend pas tout .

D’un côté nous avons des milliers de sociétés, de TPE, de PME, et de grands groupes qui sont, soit sur le point de couler, soit sur le point de faire des licenciements massifs…
et de l’autre nous avons quelques syndicats, qui, en France, ne
représentent qu’une minorité, contrairement aux syndicats allemands
beaucoup plus forts, qui s’autorisent le droit de faire perdre de quelques dizaines à quelques centaines de millions d’euro à leur société,
qui risque aussi dans le cas d’Air France comme le signalait son pdg,
Jean-Cyril Spinetta,  de fragiliser son positionnement face à ses
concurrents qui n’attendent que des faux pas de la sorte pour venir
attaquer Air France.

Il y a grève… et grève…

Têtes brûlées nos syndicalistes ? Ne pouvaient-ils pas protester
contre les réformes d’une autre façon, et d’ailleurs qui n’est pas du
fait de la direction d’Air France, mais d’une réglementation
internationale  – mais la France restera toujours ce petit
village gaulois… – Les revendications, les protestations auraient
peut-être pu se faire sans forcément bloquer le trafic et engendrer des
pertes de chiffre d’affaires abyssales ?

Est-ce-que les syndicats représentent une menace pour la sauvegarde des entreprises en France ?

On ne peut pas bloquer une société,
contribuer à sa chute à cause d’action de blocage d’activité, et de
l’autre côté venir manifester dans les rues pour défendre les personnes
menacées de perdre leurs emplois !
C’est pas très sérieux !
J’ai beaucoup de mal à comprendre leurs actions. Je ne remets pas en
cause leurs revendications, qui pour le cas d’Air France sont quand
même discutables. Mais fragiliser volontairement la trésorerie d’Air
France en pleine crise financière,…

c’est un peu souhaiter vouloir se faire un hara kiri

A l’heure où nous traversons une période difficile, les syndicats
devraient plutôt être force de proposition avec les directions de leurs
sociétés afin de voir les actions à mettre en place rapidement pour sauvegarder le maximum d’emplois,
car personne n’est dupe, il y aura de la casse, beaucoup de casse, et
le chômage est promis à une remontée, d’après les dernières
statistiques.

Les syndicats français, forces de propositions positives ?

Alors à quand des syndicats français force de propositions positives et soucieuses non pas de garantir de vieux privilèges, mais de garantir l’essentiel, c’est-à-dire ce qui concerne prioritairement tous les salariés français :

Avoir du travail et ne pas être au chômage !

Paperblog... Comment se désinscrire ?
La SNCF dans le colimateur d'un député d'Indre et Loire à propos de la ligne TGV Paris-Tours
J'aime pas Olivier Martinez en Vidéo
Bonjour Très Cher ,
Hausse de la délinquance à Orléans La Source …
Frayeurs avant le lancement de l'université d'été du MEDEF : trois bombes incendiaires retrouvées su...
Un nouveau rond point à St Pryvé St Mesmin ... et une forme particulière de respect de la nature : l...
Les banques orléanaises se mobilisent pour aider les jeunes entrepreneurs ?

comment closed


Copyright © Fabien Pretre - Mentions légales | Référencement site web Oxyneo