Réponse à Guy Marin secrétaire général de l’Union départemental Force Ouvrière du Loiret concernant la grève sur les régimes spéciaux

Grevesncf Guy Marin répondait aux questions de la République du Centre ce Jeudi dernier sur  les thèmes des régimes spéciaux et des grèves. Je ne peux que réagir sur sa dernière réponse !

Question de la Rép du Centre : « Ne craignez-vous pas que ce mouvement soit impopulaire en raison de la gêne qu’il va causer à la population, en particulier à ceux qui travaillent ? »

Réponse de Guy Marin : «  La grève, ce n’est pas fait pour gêner les usagers, mais pour faire pression sur les employeurs. En l’occurrence, l’employeur, c’est le gouvernement. Que cela provoque une gêne, c’est certain. Quand les agriculteurs déversent du fumier à la préfecture, cela provoque aussi une gêne ! »

Cher Guy Marin, votre comparaison est « lamentable » (une expression bien orléanaise…:))) ! Comment pouvez-vous comparer une simple rue bloquée par un tas de fumier… avec la paralysie complète d’un pays par vos syndicats ??? !!! Vous parlez de gêne ? Moi, je dirais que votre action, sans rentrer dans le débat des idées, n’est pas du tout appropriée. Les grévistes souhaitent que la France les soutienne ? Soit ! Mais il faudrait déjà ne pas bloquer les millions de travailleurs français ! Combien de français ont passé des heures et des heures dans les transports à l’image d’un Miguel ou d’un Laurent qui ont perdu de très nombreuses…

heures… à cause de votre mouvement… Respectez les gens ! Respectez ceux qui ont envie de travailler, et ceux qui souhaitent avoir une vie de famille normale… avec des horaires normaux.

Si vous souhaitez vous en prendre à l’employeur… soit le gouvernement, pour le cas présent, pourquoi ne faite vous pas les transports gratuits ! Toucher au portefeuille de ce fameux employeur ! Il vous écoutera peut être autrement… Je vous conseille la lecture de cet article qu’Yves Clément a mis en lien sur son blog. Un article rédigé par Franz Vasseur : « Vive la grève par gratuité : Grévistes, devenez sympathiques et efficaces ! » …  Vous vous attirerez alors la sympathie de votre pays… Car votre action divise la population à ce jour…

L'UMP souhaite la mort des 35 heures dès 2008
Parodie du président Nicolas Sarkozy avec K2000 & Michael Knight
Est-ce que je soutiens Serge Grouard UMP ou Jean-Pierre Sueur PS sur Orléans ?
Syndicats SNCF, les nouveaux rois de France
Pourquoi Cécilia a raison de quitter notre cher président de la République Nicolas Sarkozy
Les chiffres que les syndicats de la SNCF nous cachent afin de couvrir leurs grèves...
Réunion de François Bayrou à Orléans invité par Yves Clément - Conclu 1
Laissons aux gens la liberté d'entreprendre, de travailler et d'accéder enfin à leurs rêves et à leu...

12 Comments

  1. J’ai effectivement été gêné par les grèves ( voir mon article http://www.coteboulevard.com/2007/10/lendemains-de-g.html ).
    Cela ne m’empèche pas d’être solidaire avec les grévistes.
    Quand on a un gouvernement qui annonce dés le départ qu’il va imposer une mesure et qu’il ne négociera pas, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des grèves.
    Par ailleurs, j’attend que nos chers députés si prompt à montrer les cheminots du doigt reviennent sur leur propres régimes spéciaux ( http://www.coteboulevard.com/2007/10/regimes-speciau.html ). Quand on veut imposer des réformes, il faut aussi être irréprochable soi-même : 1 500 € de retraite pour 5 ans de cotisations, 3 000 € pour 10 ans, 4 500 € pour 15 ans et ainsi de suite, il ne faut quand-même pas pousser !

  2. Fabien dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi… Le gouvernement devrait déjà revoir les retraites trop dorées de nos chers élus, et quitte à aplanir le système de retraite, le faire pour tous sans exception.
    Par contre, je ne peux pas comprendre un mouvement de grévistes lancé par des organistions syndicales françaises qui ne sont pas représentatives de la population française (contrairement à d’autres pays en Europe)
    et qui va à l’encontre des usagers. Si ils veulent faire pression, il faut qu’ils s’attaquent au portefeuille ! Au portefeuille de leur employeur, et pas en bloquant un pays.
    J’ai l’impression que les grèves en France passent et passent et se ressemblent….. On ne peut pas dire que les dirigeants des syndicats français aient beaucoup d’imagination….
    Les syndicats critiquent le gouvernement. Soit. Mais ils agissent pareil !!! Ils devraient montrer l’exemple, afin déjà d’avoir la population entière avec eux, ce qui est loin d’être le cas. Montrer l’exemple, c’est faire preuve de plus d’ouverture d’esprit, de plus de volonté de contruire pour l’avenir, et si il faut faire grève pour se faire entendre… Le faire avec un peu plus d’intelligence et de stratégie, car on ne peut pas dire que les syndicats soient stratégiques en France ! Ils sont déjà minoritaires, et ils n’arrivent même pas à s’entendre pour faire une stratégie claire et commune.
    Et un dernier point : arrétons avec les cheminots !!!! Il y a plein d’autres métiers qui sont bien plus dangereux, dans lesquels la pénibilité est beaucoup plus importante….. Personne ne les a forcé à rentrer à la SNCF !

  3. minijack dit :

    Être cheminot, c’est loin d’être la galère. Et je sais de quoi je parle.
    J’ai eu un père et un frère cheminots qui y ont tiré leurs 25 ans chacun. Franchement, il y a eu des moments où ils ont en ch.. (astreintes les jours de neige et de déraillements, etc.), mais aussi de larges autres moments où ils se la coulaient douce, bien plus douce qu’aucun personnel du privé aurait jamais pu faire…
    Depuis les années 50′ les choses ont changé. Il faut arrêter de faire des concours de pénibilité qui n’ont plus lieu d’être.

  4. tout à fait d’accord avec toi, Fabien…
    Je soutiendrai les grévistes lorsqu’ils auront une démarche construite, réfléchie, efficace et légèrement plus proactive qu’aujourd’hui…

  5. Comparaison lamentable effectivement !
    Ayant usé du train pendant plus de 4 ans au quotidien pour travailler à Paris,je peux témoigner.
    La gêne d’employeur ??? Loin de là quand l’employeur sait que c’est national comme grève il comprend, surtout, il s’en fiche royal du moment qu’on pose des RTT ou congés ou heures supp pour rattraper !
    Et les RTT ras le bol de les bouffer alors qu’on les méritait pour se reposer, ou quand on a presque plus de congés qu’on doit les bouffer à compenser le jour où on n’a pas pu aller travailler !
    Alors l’employeur qu’est apparemment le Gouvernement… Qui doit surtout être celui des fonctionnaires qui ferment à 15h55 quand faut pas les déranger 5 min avant la fermeture… Qu’ils aillent bloquer les Ministères ! Mais qu’on nous fiche la paix avec le fait qu’on devraient comprendre les PPAUUUVVRESS Fonctionnaires et leur grande pénibilité de travail (ou non travail ?) parce que là ils obtiennent le contraire de notre soutien !
    Merci à la SNCF pour m’avoir fichu en l’air des RTT ou congés que je méritais à l’époque.
    Quand on est plus satisfait de ses conditions de travail, faut pas se gêner : en chercher un mieux ailleurs ! On le fait tous non ? Pourquio les fonctinonaires devraient être plus fénéants et ne pas avoir le courage ?!
    Enfin en France il serait bon que nos Fonctionnaires habitués à la grève s’habituent aussi à un minimum de correction plutôt que vouloir nous discipliner :
    Avant de faire une grève on DISCUTE, on NEGOCIE, on REVOIT sa copie !!
    Au lieu de faire d’abord une grève juste quand un Gouvernement annonce qu’il va envisager des réformes !
    Enfin c’est pas grave hein ?!
    Demain on voudra appeler les impots à 15H50 et on aura toujours une sonnerie sans réponse pour pas déranger le fonctonnaire qui veut partir à 16h00 pétante… La pénibilité du travail…

  6. Miguel dit :

    Négocier, être constructif… avez-vous sincèrement l’impression que le gouvernement avait dans cette affaire envie de négocier de manière constructive ?
    Tant qu’en France, on concevra les rapport sociaux comme de purs rapports de force, on aura des grèves.
    Enfin, ce qui est vrai ailleurs ne l’est pas nécessairement à la SNCF : je pense qu’à la SNCF, les syndicats sont représentatifs. On peut leur reprocher des choses mais pas ça 🙂

  7. BCT dit :

    Bruno c’est pas très bon ce que vous dites… C’est un coup de gueule, certes, mais à charge et insultant.
    Si je comprends bien :
    – Vous êtes tous pour revoir le système des retraites des régimes spéciaux.
    – Vous dites que les métiers pénibles ne sont plus ceux annoncés.
    – Vous êtes pour des négociations équilibrées et en général vous êtes pour un réalignement des retraites à 40 annuités pour tous.
    – Vous voulez des syndicalistes représentatifs partout, pour les retraités, les précaires, les intérimaires et tous les autres.
    – Vous voulez que les régimes spéciaux actuels aillent progressivement vers un régime général à 40 ans.
    – Vous voulez des grèves intelligentes…. Ça, ça va être dur car en général une grève est le fruit d’une exaspération et celles qui se profilent à l’horizon ne vont pas être très softs. Car à force de vouloir des grèves organisées qui ne dérangent personnes, à l’heure, on poussent les gens à se révolter…Ce n’est pas bon non plus.
    – Vous dites que les grévistes/fonctionnaires sont fainéants et finalement au travers de vos propos peu intelligents. Là je crois qu’on attaque la falaise. Lorsque ce sont des étudiants en fin de cursus qui font grève parce qu’ils sont en stage non rémunérés…Ce n’est pas gênant, et puis tellement charmant avec leur petits masques blancs. Lorsque ce sont des personnels de santé qui font une vidéo sur « YouTube » en pastichant « Marly Gomont » c’est la classe… Mais tout le monde s’en fout…
    En définitive et c’est là que je voulais en venir, il n’y a pas de grève soft, clean, ça n’existe pas. Une grève, c’est fait pour alerter des disfonctionnements de la société.

  8. Fabien Pretre dit :

    Oui tout à fait d’accord… mais pourquoi ne pas s’en prendre au portefeuille du gouvernement ! C’est légal… et simple à faire ! => La grève par gratuité !

  9. BCT dit :

    Oui ça fait partie des réflexions. A+

  10. BCT > Vous vous êtes contenté d’interprêter mes propos SELON VOS MOTS, hors je ne reconnais rien de ce que j’ai pu dire au travers vos mots.
    En gros ce que je dis c’est que la grève, contrairemnet à votre idée, elle se fait quand des négociations ont échouées !
    Parce que si A CHAQUE FOIS qu’un élu quelqu’il soit annonce qu’il envisage ci ou çà, qu’on est pas d’accord faut avoir recours à la grève, alors autant être en grève 300 jours par an !
    Donc une grève : POURQUOI PAS, quand des négociations ont ECHOUEES AVANT.
    Ensuite :
    OUI IL Y A DES METIERS PENIBLES ! J’en connais dans ma famille qui ont un dos en miette à 40 ans. Donc dans ces cas là OK pour que les cotisations soient plus courtes.
    SAUF QUE, ceux qui ralent pour des grèves ne sont pas ceux qui ont forcément les métiers les plus pénibles ; LA CA ME DERANGE !
    Le conducteur de train aujourd’hui il met encore du charbon à la main ? Je pense pas qu’il soit le plus à plaindre…
    Ensuite la grève : POURQUOI PAS quand elle est faite de façon intelligente :
    Ne pas faire « foirer » le poste à pourvoir d’un jeune qui devait prendre le train pour un entretien d’embauche primordial ; un jeune qui lui a limite un RMI pour vivre…
    Des grévistes qui au lieu de nous bloquer, ce qui du coup va nous remonter contre les grévistes, devraient plutôt bloquer nos élus !
    Et des grévistes qu’on voit limite être morts de rire devant la caméra des JT ; je me dis qu’ils sont pas si malheureux que çà ?
    je me rappelle quand mes parents ont subit un licenciement très sauvage : tous les ouvriers manifestaient dans la rue ; AUCUN n’a sourit car ils défendaient une cause grave (selon eux ; ils n’avaient pas le coeur à défiler dans la rue en chantant et riant.)
    Alors tant qu’on verra des grévistes dans la rue qui chantent en rigolant ; ça n’aura aucune crédibilité pour moi.
    Sinon pour les fonctionnaires fénéants : oui j’ai un tas de parfaits exemples ; ayant moi même déjà travaillé pour une Administration, je ne veux plus jamais avoir un bulletin de salaire d’une fonction publique.
    Sans compter des problèmes quand j’ai pu avoir besoin d’une administration qui bosse pas un mercredi matin ou l’autre pas le jeudi après-midi, etc…
    J’assume donc ma ralerie contre nos services publics. Y ayant travaillé j’ai d’autant plus le droit d’avoir un avis.
    Voilà qui permet de corriger l’interprétation de BCT 😉

  11. BCT dit :

    Reçus vos arguments, Bruno.
    Changeons tout ça.
    Je voudrais vous dire que parmi les fonctionnaires il y a des gens formidables. Il faudrait d’ailleurs les mettre en avant, devant les caméras. Ceux-là sont au service de la population. Il ne s’arrêtent pas pile à l’heure.
    Je voudrais aussi qu’on ne se fassent plus l’échos de l’info nationale qui est partiale et orientée année après année.
    Je reprendrais une réflexion de M. Rocard, invitée de Canal+, il y a quelques temps « Vous ne pouvez pas savoir le mal que vous faites ». Il parlait des médias.
    J’ai pris le Bus/train/RER/ Métro pendant 10 ans et je connais ton vécu j’ai aussi travaillé pour une institution étatique. J’étais très fier de « servir » au sens premier et je râlais aussi contre ces « fonctionaires », collègues qui ne faisaient « que » leur travail. J’aime bien l’idée de « serviteur de l’Etat ». Pas évidemment comme un mouton mais avec l’idée de service pour le citoyen.
    Mais je comprends les raisons qui poussent « certains » à faire grève.

  12. Ella Pator ? dit :

    Désolée, j’ai un train de retard… (Ok, elle était facile).
    Votre débat fait ressortir beaucoup de sujets qui mériteraient qu’on s’y arrête. Je n’en prends que quelques uns (j’ai un train à prendre ;)).
    @Fabien : prendre dans le portefeuille du gouvernement : c’est prendre dans la poche du citoyen… et il y a de plus en plus de citoyens qui n’ont déjà plus rien en poche le 18 du mois. De plus, le droit à la grève par la gratuité est extrêmement récent, et est issu uniquement de la jurisprudence.
    D’autre part, la représentativité des syndicats est elle calculée selon vous au nombre des adhésions ? Car pour faire un parallèle, si on va par là, les parties politiques sont extrêmement loin d’être représentatifs. Beaucoup d’employés non syndiqués font également grève.
    @Bruno et Fabien : certes il y a des grèves plus « utiles » que d’autres… Comme il y a des lois plus utiles que d’autres. Je travaille avec des fonctionnaires, où je retrouve autant de personnalités que dans le privé (où j’ai également travaillé), tous les étages de la pyramide de Maslow sont représentés.
    Sauf que là, les personnalités sont concentrées dans des entreprises visibles, puisque entrant dans le cadre du service public.
    C’est effectivement assez facile de coller une image aux fonctionnaires dans leur globalité. Pour ma part, j’y vois des êtres humains.
    La grève est un moyen de revendiquer un droit, de faire connaître une contestation quand la négociation n’a pas eu lieu.
    Dans « le privé », les grèves ont souvent malheureusement lieu trop tard, quand l’entreprise va fermer, quand il n’y a plus d’espoir, car c’est seulement à ce moment là que les employés se serrent les coudes, et surtout ces grèves sont beaucoup moins visibles car elle ne gênent que peu l’usager.
    Faire de la forme de la grève le fond du débat est sans doute sous estimer sa nature profonde.
    Certes, l’usager des services publics en fait ici les frais, le jeune n’a pas pu se rendre à son entretien, j’ai perdu plein de temps avec ma famille, je n’ai pas pu rencontrer un client important.
    Certes, cette grève n’aura peut être servi à rien d’autre que de faire ch… les usagers et les faire débattre sur le droit de grève et ses modes de fonctionnement.
    Je suis farouchement pour le droit du travail en général, qu’il soit du côté des employés ou de l’employeur. Si l’employé se sent lésé, qu’il n’a pas trouvé de réponse auprès de son employeur, il peut exercer son droit de grève, même s’il travaille pour le service public et même si nous, usagers, nous devons en faire les frais.
    J’ai vécu au total plus de 10 ans sur Paris en tant qu’étudiante, chômeuse et employée, j’en ai « souffert » mais j’ai toujours soutenu ces actions qui représentent au bout du compte la liberté.
    Ma liberté d’usager étant également de palier l’absence temporaire de service public en réinventant mon quotidien.
    La liberté des employés de la SNCF ou d’ailleurs ne me semblent pas devoir s’arrêter là où commence celle des usagers.

Laisser un commentaire


Copyright © Fabien Pretre - Mentions légales | Référencement site web Oxyneo